L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Ce billet fait suite à « une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ? » disponible ici : http://migrinter.hypotheses.org/2240. Il présente le retour d’un terrain effectué à Acre – aussi nommée Akko (hébreu) ou Akka (arabe) -, ville située au nord d’Israël, à quelques kilomètres de la frontière libanaise. Acre est une ville mixte, c’est à dire qu’elle est la résidence à la fois d’Israéliens juifs et de Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne.

DSCF2937Élèves d’une école religieuse juive regardant les pêcheurs de la vieille ville d’Acre. Photo prise en avril 2015

Voilà depuis l’été 2014 que je sillonne Israël pour réaliser des entretiens avec des politiciens locaux, des agents municipaux et des experts du secteur public et privé et j’ai ressenti un sentiment d’espoir en revenant d’Acre ce 10 février dernier, après avoir conversé avec le maire de la ville, Shimon Lancry. Shimon semble faire partie de ces maires qui vont présider aux destinées de la municipalité pendant 20 ans, qui vont changer la face de la ville, à l’image du maire de Karmiel – élu et réélu chaque année depuis 1988 – ou du maire de Holon – maire depuis 1993. Je relis l’entretien dans l’espoir de retrouver les raisons de ma sérénité. Nous avons abordé de nombreux sujets :

Shimon est né à Tibériade, de parents marocains ayant fait leur aliyah[i] encore enfants. Shimon a grandi dans l’esprit des mouvements de jeunesse Bnei Akiva[ii]. Il étudie à Haïfa dans un lycée religieux, rejoint l’armée d’abord pour son service obligatoire, puis en tant que professionnel. Shimon démissionne après plusieurs années de service pour mieux allier vie professionnelle et familiale. Cependant, il décrit cette époque comme sa contribution la plus importante à l’Etat d’Israël :

« Tu contribues tellement ! Tu pousses ton corps, ton âme, toi-même dans des endroits où… tu peux perdre la vie. Et en ces endroits, j’aurais pu perdre la vie très vite.

– L’acte citoyen ‘ultime’ tu veux dire

– Alors, quand cette porte s’est fermée, contre mon gré, je me suis tourné vers la voie sociale qui… L’argent ne me motive pas. Ce qui me motive c’est de voir… du développement social. Et donc à Acre, il y a un développement social que tu ne vois pas dans d’autres villes, non[iii]».

Shimon entre donc dans le réseau des centres culture, jeunesse et sport[iv]. Il travaille comme directeur dans la région nord du pays : Kiryat Bialik, Nesher et Acre. J’imagine que le lecteur se sent un peu désarçonné à ce moment de l’histoire. Ce discours un peu surfait ne promet rien de pacifique et tolérant. De la même manière que Tali, le maire d’Arad (voir http://migrinter.hypotheses.org/2240), partage son succès d’immigrée « self-made », Shimon partage ici des valeurs promues par la société israélienne : l’attachement au judaïsme, à la collectivité et à la défense de la nouvelle patrie. Cependant, au fil de la conversation, il m’est agréable de découvrir que Shimon n’omet personne, ne néglige rien, et ne juge pas.

Acre – ville mixte

D’abord, il revient régulièrement sur le thème de la coexistence : Acre est une ville mixte, dans laquelle vit 28% de Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne. En 2008, Acre est le siège d’émeutes entre les communautés juives et musulmanes[v]. Un événement majeur qui a bouleversé Israël, Acre, et son maire :

« Nous aurions pu nous écraser après ça, mais au lieu de ça, nous nous sommes relevés. Nous avons mobilisé cette histoire des Juifs et des Arabes pour en faire un levier. Les gens cachent le multiculturalisme. Nous avons pris ce multiculturalisme et nous l’avons mis comme priorité partout : à l’école primaire, au jardin d’enfants, dans la communauté, auprès des politiciens locaux, auprès des représentants religieux et cætera, nous avons créé des contacts, des contacts avec tout, tout. A chaque moment, nous avons rapproché les gens. Et c’était… au lieu de couler, nous nous sommes relevés avec cette histoire. C’était une histoire vraiment vraiment difficile.

– Le centre pour le rapprochement et le dialogue interculturel est le résultat de cette histoire ?

– Ça a été établi juste après. Nous sommes arrivés à la conclusion que nous, une ville mixte, nous ne pouvions pas laisser ça arriver (…). Le multiculturalisme est un problème central de la vie des gens, de la vie de la ville. Si tu n’es pas tolérant, si tu ne sais pas comment vivre avec les gens autour de toi, tu… Que tu m’aimes ou que tu ne m’aimes pas ? Ne m’aime pas ! Mais respecte moi. C’est l’approche avec laquelle nous travaillons. Tu regardes Al Jazeera, tu vois qu’on bombarde Gaza, bien, ne m’aime pas. Tu marches dans la rue avec moi, respecte moi. Dis bonjour, attends dans la file poliment, traitons-nous avec respect. Si tu m’aimes aussi, c’est bonus ! Il n’y aura pas une situation en Israël où les juifs aimeront les arabes et les arabes aimeront les juifs. Ça n’arrivera pas. A cause de tout ce qui se passe autour de nous ».

Son discours est pragmatique. Il a le mérite de comprendre la méfiance des Palestiniens d’Israël. Shimon m’explique à un autre moment que les Palestiniens d’Israël ne font pas confiance aux institutions puisqu’ils ne se sentent pas appartenir à l’Etat d’Israël. En revanche, d’autres entretiens menés à Acre révèlent plus d’intolérance, mes interlocuteurs affirmant d’un côté que la cohabitation est facile, puis adoptant un discours méprisant envers les résidents arabes d’Acre, mais aussi les parlementaires arabes et les politiciens locaux arabes.

Acre encourage l’immigration

La ville d’Acre comprend donc un quart de Palestiniens d’Israël, mais aussi, un quart de ‘nouveaux’ immigrés[vi]. A ce jour, la mairie emploie six agents municipaux en charge de leur intégration[vii], principalement financés par le ministère de l’Aliyah et de l’Absorption, mais aussi par la mairie. Ces agents sont en charge de publiciser la ville d’Acre comme destination pour les candidats à l’immigration. Surtout, ils sont en charge de l’absorption de ces nouveaux arrivés, c’est à dire de l’accompagnement administratif, social, culturel et économique des immigrés la première année de leur arrivée. C’est un investissement financier important pour une ville périphérique, et un nombre record d’agents municipaux dédiés à l’intégration. De plus, le maire et son adjoint voyagent plusieurs fois par an dans des régions où il y a des familles juives – surtout russophones – pour les convaincre de s’établir à Acre.

L’immigration de l’ancienne union soviétique, la politique locale et la politique nationale

De 1989 à 2000, 850000 immigrés de l’ancienne union soviétique sont arrivés en Israël, mettant une nouvelle fois Israël au défi d’offrir aux nouveaux arrivés un logement et un travail (Berthomière, 2002)[viii]. En effet, l’effet combiné du Glasnost et l’échec de la Perestroika a entrainé l’émigration massive des juifs soviétiques. Dans les années 1980, les Etats-Unis était la première destination de ces immigrés. Cependant, en révisant son programme d’accès au statut de réfugié politique, Washington a « effectivement sanctionnée Israël comme la seule destination possible pour ces juifs qui désiraient quitter l’Union Soviétique » (Jones, 1996)[ix].

Les premières élections nationales auxquelles participent les nouveaux venus sont celles de 1992 qui vont voir Izhak Rabin devenir premier ministre. Les immigrés participent de cette victoire. En effet, une grande partie des immigrés sont déçus par le Likud qui les a accueilli et se tourne surtout vers le parti travailliste (Storper-Perez, D, 1998)[x].

En 1995, le refuznik Natan Sharansky, immigré soviétique arrivé en Israël dans les années 1970, créé le parti russophone de droite Israel beAliyah (un jeu de mot signifiant à la fois « Israël monte » et « Israël dans l’immigration »). Aux élections de 1996, son parti remporte l’adhésion de la moitié des nouveaux immigrés russophones, assurant sept sièges au parlement israélien. A la suite de conflits politiques, Israel beAliyah perdra de la vitesse au profit du nouveau parti russophone Israel beitenu (Israel notre maison) créé par l’immigré moldave Avigdor Lieberman. Israel beitenu se situe à l’extrême droite de l’échiquier politique israélien et se proclame à la fois représentant des immigrés russophones et laïc. Le parti continue d’attirer une part non négligeable de l’électorat russe aujourd’hui. Lors des élections du 17 mars 2015, il remporte six sièges au parlement. Cependant, Lieberman refuse d’entrer dans le gouvernement formé par Benyamin Netanyahu et se trouve aujourd’hui dans l’opposition.

Le parti Israel beitenu profite d’un ancrage local important. Ainsi, dans les quatre villes qui constituent mon terrain, trois ont un adjoint au maire qui est membre du parti, et la ville d’Arad avait jusqu’au 17 mars une maire rattachée au même parti. Ces politiciens locaux immigrés soviétiques et rattachés au parti sont en général en charge du dossier de l’immigration et de l’absorption. Ils profitent aussi de leurs relations avec le ministère de l’Aliyah et de l’Absorption, aux mains d’Israel Beitenu jusqu’à mars 2015. Depuis mars 2015, le ministre est un membre du Likud, mais né en Ukraine. Le contrôle du ministère de l’Aliyah et de l’Absorption par les immigrés russophones est souvent dénoncé par les représentants d’autres communautés immigrées. Un représentant des immigrés de France me dit ainsi que ce contrôle explique l’existence de budgets pour les scientifiques, les sportifs ou les artistes russophones, ou encore de budgets pour les immigrés du Caucase et de Géorgie (immigration qui date des années 1990).

Cependant, Israel beitenu est en perte de vitesse. Déjà, il a été éclaboussé par une série de scandales de corruption en 2014 et en 2015 : corruption touchant le leader Avigdor Lieberman mais aussi certaines villes dont les élus locaux sont membres du parti. Ensuite, son électorat vieillit[xi] et les jeunes russophones se tournent vers les partis israéliens. Enfin, lors des dernières élections, de nombreux immigrés qui votent traditionnellement pour Israel beitenu se sont sentis aliénés par un parti dont les têtes de liste sont originaires d’Afrique du Nord (par exemple, la numéro 2 du parti – Orly Levy-Abukassis – est la fille d’un ancien homme politique né au Maroc).

Dans ce contexte, je présume que les efforts importants développés par la ville d’Acre pour encourager des familles juives de la diaspora à s’y installer peuvent s’inscrire dans deux approches : le désir d’éviter l’exode des résidents vers des villes plus centrales et attractives et d’affaiblir d’autant plus le tissu socio-économique de la ville ; où la volonté de contrebalancer la démographie palestinienne à Acre et de renforcer la présence juive. Cette dernière approche m’avait semblé la plus pertinente avant de rencontrer Shimon. En effet, Zion (les prénoms ont été changés) m’avait formulé la nécessité d’attirer des nouveaux immigrés en ces termes :

« Alors, c’est ma question, en gros, pourquoi certaines mairies prennent plus de responsabilité face à l’immigration et l’intégration alors qu’il y a un ministère. Je vois que certaines villes font beaucoup, et Acre en fait partie.

– C’est une question de vie ou de mort.

– C’est ce que tu ressens ?

– Tous les villages (arabes) vont venir chez nous. C’est interdit. Nous avons une mission. Que crois-tu ? Il y a une école appelée Weizman ici. Si on ne remplit pas la classe de CP, demain, ils ferment l’école. C’est une question de vie ou de mort. De vie ou de mort. Que crois-tu ? Ils vont prendre l’école, ils vont… Je vais te dire. Pour nous, l’intégration de l’Aliyah, c’est du sang, une perfusion ».

Lors d’une rencontre avec Stan et Christian, un débat a lieu sur le fait que certains représentants religieux[xii] encourageaient l’établissement de juifs de la diaspora dans les villes mixtes pour ‘judaïser’ ces espaces. Cependant, Stan a immédiatement démenti le soutien de la mairie à ces représentants religieux.

Quant à la première approche – attirer des familles pour l’économie de la ville -, elle semblait sous-jacente. La mairie a l’air de concentrer ses activités pour encourager des immigrés occidentaux de l’ancienne union soviétique à s’installer à Acre – plus à même de ne pas demander l’aide des services sociaux et de trouver rapidement du travail[xiii]. Lors d’une rencontre plus informelle, alors que j’apprenais qu’une personne était en charge des immigrés juifs du Caucase[xiv], Elisa rétorque : « ce ne sont pas des immigrés, ils sont là depuis longtemps[xv] ». Pourtant, l’agent municipal en charge de l’intégration de juifs du Caucase est rémunéré par le Ministère de l’Aliyah et de l’absorption qui a alloué 200,000 NIS cette année à Acre[xvi]. Je manifeste mon intérêt pour un entretien avec la personne en charge des juifs du Caucase, mais ma requête est refusée. De la même manière, Elisa ne me parle pas de l’intégration de familles juives indiennes Bnei Menashe.[xvii].

Alors que le département de l’immigration et de l’intégration concentre surtout leurs efforts sur les juifs d’ex-URSS, et ne parle pas ouvertement des activités dédiées aux juifs du Caucase ou aux juifs d’Inde, Shimon, lui, me parle de ces différentes communautés dès le début de notre conversation – certes sur un ton paternaliste mais sans en cacher la présence à Acre :

« Par exemple, avec les Bnei Menashe. C’est une population qui vient… d’où ? Des montagnes, tu sais ! Et ces Bnei Menashe, ils ont été absorbés ici et c’est quelque chose de voir comment ils ont été absorbés ici. Ils vont à l’école, à l’ulpan[xviii], et là, et au travail, et ! La même chose avec les Kavkazim[xix]. Les Kavkazim, partout, sont considérés comme une population difficile (il baisse la voix), une population difficile, je ne veux pas que l’on m’entende mais… Ici (…) Quand je suis arrivé à Acre il y a vingt ans… Ils n’étudiaient pas, ils ne travaillaient pas, ils cassaient tout. On les a relevé, dans le cadre de mon travail aux matnass, et maintenant, en tant que maire, je leur construits un centre communautaire. Pourquoi m’ont-ils invité (en Azerbaïdjan)[xx] ? Parce qu’ils ont entendu que je construisais un centre communautaire ! ».

Acre multiculturelle – ville juive, ville d’immigrés, et ville mixte à la fois

DSCF2932Dans la vieille ville d’Acre. Photo prise en avril 2015

Enfin, Shimon me rappelle que la diversité culturelle d’Acre vient aussi de son passé de ville d’immigration. Dès la formation de l’Etat d’Israël, une partie des nouveaux immigrés est dirigée vers des villes anciennes qu’une partie importante des habitants Palestiniens a fui – comme Lod, Ramle, Tibériade et bien sûr, Acre[xxi]. Le développement de la ville moderne qui entoure la vieille ville d’Acre commence avec ce flux important d’immigrés juifs d’Europe et des pays musulmans du Proche-Orient et de la Méditerranée. Carmel me dit que, jusqu’en 1982, des juifs aussi habitaient et commerçaient dans la vieille ville[xxii]. Aujourd’hui, la majorité des Palestiniens d’Acre résident dans la vieille ville : c’est la partie d’Acre que je connais le mieux pour m’y être rendue de nombreuses fois comme touriste. D’ailleurs, la ville tente depuis quelques années déjà de réduire le monopole de la vieille ville sur le tourisme d’Acre. Et c’est là que les différentes communautés juives établies depuis un peu moins de cent ans entrent en jeu. En effet, voilà plusieurs années que la ville a mis en place une stratégie municipale pour changer son image de marque. Acre veut modifier les habitudes des visiteurs qui ne viennent voir que la vieille ville, et omettent le reste des attractions touristiques : les synagogues, les églises ou encore le jardin des Bahaï. « Stan me dit qu’il est important de montrer qu’Acre était certainement la vieille ville, le hummus et le knafe, mais aussi une ville moderne, et que cette combinaison est la clé. Aujourd’hui, Acre accueille 54,000 résidents et 2000 logements sont en construction. Il y a quelques années, Acre était considérée comme une ville où « il est dangereux d’investir » mais aujourd’hui, elle est à la dixième place des investissements sûrs. Acre est une ville d’art, de l’orchestre philarmonique, de l’opéra, du conservatoire… 10% des étudiants étudient la musique » [xxiii]. Il me donne un livre intitulé « saveurs d’Acre » qui met la nouvelle image de marque « Acre, ville des cultures méditerranéennes » à l’honneur. Un livre où se croisent l’histoire et l’archéologie, mais aussi les héritages gastronomiques et des rencontres avec des habitants de toutes les origines. Shimon a une lecture plus profonde de cette image de marque. Il connecte cette initiative avec la politique multiculturelle de la ville :

« Les cultures méditerranéennes. C’est le multiculturel : la tolérance. C’est ça depuis le début ! Nous savions depuis le début, avant les émeutes, nous avions dit qu’au lieu de considérer ça comme une faiblesse, il fallait regarder ça comme une force, parce que tout le monde vit dans la ville d’Acre ! La ville est à tout le monde. Les synagogues, et les mosquées et les églises, et les gens qui parlent de nombreuses langues et… et les différentes cultures, et les différentes traditions culinaires et des restaurants de toute sorte. Tu comprends ? »

La ville cherche à se renouveler, c’est sûr. La nouvelle image de marque ne se fonde pas sur la vieille ville, lieu le plus connu des touristes, mais sur une Acre multiculturelle où les lieux touristiques liés au judaïsme – déjà mieux mis en valeur dans la vieille ville[xxiv] – sont encore mieux publicisés. Je suis curieuse de contacter la société pour le développement de la vieille ville d’Acre et de voir comment cette initiative est perçue.

Aujourd’hui, Acre a un leadership bien établi, et qui inspire confiance. Les résidents arabes de la vieille ville ont voté pour Shimon Lancry l’année dernière, à hauteur de 93%[xxv]. La ville n’est plus sous tutelle du ministère de l’intérieur et le maire n’a pas besoin de la signature des responsables pour dépenser le budget municipal[xxvi]. L’émigration a été enrayée, et en 2014, 150 familles de nouveaux immigrés se sont installées à Acre, au point que la mairie doit demander l’ouverture d’un nouvel ulpan (un centre d’apprentissage de l’hébreu destiné aux immigrés) pour les enfants[xxvii]. Neuf nouveaux quartiers sont en construction[xxviii]. Le tissu industriel ne change pas de façon révolutionnaire, mais les nouvelles infrastructures – voies rapides et train – ont rapproché Acre de Haïfa, qui ne se trouve plus qu’à 15 minutes en voiture, permettant à Acre de jouir d’un marché du travail plus large, aux portes de la ville. Néanmoins, l’indice de développement socio-économique d’Acre est de 4 (sur une échelle de 10)[xxix] : un indice faible mais qui lui permet d’être plus aidée par les autorités centrales.

Alors, les efforts déployés par Acre pour encourager l’aliyah vers la ville sont-ils liés à son statut de ville mixte et au désir de « judaïser » la ville ? Il semble que ce ne soit pas si clair. Il serait plus juste d’expliquer cette politique par un désir de maintenir une population jeune et active dans la ville, en évitant ainsi la fermeture d’écoles, le vieillissement et la paupérisation. La présence d’importantes communautés palestiniennes serait plutôt un accélérateur qu’un déclencheur de cette politique d’encouragement à l’immigration. Et la mise en place de cette politique serait peut-être un choix de financement stratégique : le ministère de l’Aliyah et de l’Absorption transfère des fonds importants vers la mairie d’Acre, lui permettant d’employer cinq personnes dédiées à l’accompagnement des nouveaux immigrés.


[i] Terme hébreu signifiant « montée » et qui désigne l’immigration juive en Israël

[ii] Le plus large des mouvements de jeunesse sionistes religieux. Etabli en 1929, il prône l’étude de la Torah et le travail de la terre (Torah et avoda). Le mouvement encourage l’Aliyah et l’amour d’Israël. Aujourd’hui, le mouvement continue d’encourager ses membres à contribuer à la société, notamment dans les villes périphériques.

[iii] Extrait de l’entretien avec Shimon Lancry, maire d’Acre, 10 février 2015

[iv] Appelé suivant l’acronyme « matnass » en hébreu

[v] Voir par exemple http://www.liberation.fr/monde/2008/10/14/a-saint-jean-d-acre-la-cohabitation-entre-juifs-et-arabes-mise-a-l-epreuve_114931

[vi] Soit selon le Bureau des Statistiques d’Israël, des immigrés juifs arrivés après 1996

[vii] Extrait de l’entretien avec Zion, 7 janvier 2015. Deux temps complets, trois trois-quart temps, et un mi-temps (ce dernier étant financé par la mairie).

[viii] Voir Berthomière, W (2002). Logiques de migrants versus logiques d’État : quels impacts sur la stratégie territoriale d’Israël? Espaces, populations et sociétés.

[ix] Voir Jones, C (1996). Soviet Jewish Aliyah 1989-1992. Impact and Implications for Israel and the Middle East.

[x] Voir Storper-Perez, D (1998). L' »intelligentsia » russe en Israël: rassurante étrangeté.

[xi] Voir le dossier Gleizer, H (2015). Lieberman, niet ! Haaretz (30 janvier 2015)

[xii] C’est un discours tenu par le Rabbin Eichileksher, selon Stan

[xiii] Extrait de l’entretien avec Elisa, Acre, 3 août 2014

[xiv] Extrait de l’entretien avec Zion, 7 janvier 2015

[xv] Extrait de mon carnet de terrain, en date du 26 janvier 2015

[xvi] Ibid.

[xvii] C’est un autre employé du département d’immigration et d’intégration qui est l’intermédiaire avec cette communauté et qui travaille en coopération avec une communauté religieuse locale – le garin Ometz. Extrait de l’entretien avec Gabby, Acre, 26 janvier 2015 et extrait de l’entretien avec Carmel, Acre, 3 février 2015

[xviii] L’ulpan est l’école d’apprentissage de l’hébreu, subventionnée par le ministère

[xix] Terme hébreu qui désigne les juifs du Caucase ou les juifs des montagnes. Pour plus d’informations, voir les travaux de Chen Bram.

[xx] La semaine précédant notre rencontre, Shimon était en visite officielle, invité par le président d’Azerbaïdjan. Voir page Facebook officielle de la mairie d’Acre, post du 4 février 2015 à 16 heures.

[xxi] Voir, par exemple, Sitton, S (1962). Israël : immigration et croissance

[xxii] Extrait de l’entretien avec Carmel, Acre, 3 février 2015

[xxiii] Extrait de l’entretien avec Stan, 1 juin 2014

[xxiv] Voir Shoval, N (2013). Street-naming, tourism development and cultural conflict: the case of the Old City of Acre/Akko/Akka. Transactions of the Institute of British Geographers. Volume 38, issue n. 4. Pp. 612-626.

[xxv] Extrait de l’entretien avec Shimon Lancry, maire d’Acre, 10 février 2015

[xxvi] Extrait de l’entretien avec Carmel, 3 février 2015

[xxvii] Extrait de mon carnet de terrain, en date du 26 janvier 2015

[xxviii] Extrait de l’entretien avec Shimon Lancry, maire d’Acre, 10 février 2015

[xxix] Voir le site du Bureau des Statistiques d’Israël


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *