Une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ?

DSCF2784Arad, Israël. Photo prise en janvier 2015

« Nous sommes de Kishiniov. La famille de mon père est de Kishiniov, Moldavie, depuis plusieurs générations. Ma mère est d’Odessa. C’est tout… Et lorsque nous avons fait notre Aliyah, mon père a demandé de nous conduire où ‘Ben Gurion a demandé que nous vivions’. C’est la seule chose qu’il sut dire. Inutile de te dire que nous sommes très heureux qu’ils nous aient envoyés à Arad et non pas à Mitzpe Ramon ou

– Sde Boker

– Oui, ou Sde Boker. Alors nous sommes arrivés à Arad. Un village très très récemment établi, où étaient installés une centaine d’habitants. Et c’est tout. Depuis tout ce temps, nous sommes ici[i]. »

Myriam (les prénoms ont été changés) m’entraîne dans ces histoires d’enfance. En 1974, alors élève de CE2, elle quitte sa Moldavie natale pour Arad, la ‘perle du désert’. Myriam me raconte avec nostalgie l’établissement d’Arad en 1962 par des jeunes issus de kibbutz et de moshav. De ‘vrais israéliens’ ceux-là, et non pas des immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient comme ce fût le cas dans les villes voisines de Yeruham ou de Dimona[ii]. Yosef, Myriam et Neta, tous me rappellent qu’à l’époque, Arad avait un ‘comité d’accueil’ qui examinait les candidats et choisissait des jeunes professionnels, formés pour travailler dans les usines de la mer morte[iii]. Je me demande alors comment ces quelques familles ont pu constituer une ville de 10,000 habitants à la fin des années 1980… Seule Neta semble bien vouloir se souvenir que le village a aussi absorbé des populations d’immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient[iv].

La fin des années 1980 marque une rupture pour le village d’Arad. Myriam a déjà accompli son service militaire et elle se sent vraiment israélienne.

« Lorsque tu te trouvais face à face avec des israéliens, tu te sentais

– je me sentais immigrée.

– Ressens-tu la même chose aujourd’hui ?

– Non non… vraiment pas. Je pense… Après l’armée, je n’ai plus ressenti ça. Non, après l’armée, je n’ai plus jamais ressenti ça. Lorsque j’étais au lycée, un peu… mais… non. J’étais déjà intégrée. Je ressentais… un sentiment… d’être locale. Tu vois ? »

Mais la chute du rideau de fer en 1989 va lui permettre de renouer avec sa langue maternelle – qu’elle connaît mal et écorche – et avec ses anciens compatriotes. Elle vient de terminer ses études. Elle postule pour un poste de directrice d’une école d’apprentissage de l’hébreu : un ulpan. Les 600 élèves qui vont intégrer l’ulpan ne lui laissent pas le temps de réaliser qu’elle entame une carrière dans l’absorption de nouveaux immigrés.

Encadré 1 : Absorption de l’immigration juive en Israël – de la planification étatique à la responsabilité individuelle

La « montée » ou « Aliyah » des juifs de la Diaspora vers Israël est un aspect fondamental de la construction de la nation israélienne[v]. Elle est inscrite dans la déclaration d’indépendance de 1948[vi] et a fait l’objet de plusieurs lois : la loi du retour de 1950[vii], loi cadre de l’immigration en Israël ; et la loi sur la nationalité de 1952[viii], qui détermine l’accès à la citoyenneté. La politique d’immigration israélienne jusqu’à ce jour est conçue comme une politique de ‘retour’, et une politique ethno-nationaliste qui permet l’immigration de tous les juifs du monde, mais seulement des juifs[ix].

Une fois admis sur le territoire israélien, les nouveaux immigrés reçoivent immédiatement la citoyenneté israélienne. Un nombre important d’institutions gouvernementales sont alors impliquées dans leur installation et leur participation à la nouvelle patrie : un processus nommé « absorption » ou « klita ».

Dès le début des années 1950, le nouvel état israélien doit absorber en moyenne 20 000 immigrés par mois[x]. Les premiers temps, ils transitent via des camps de transit puis sont redirigées vers des villages agricoles et vers des centres urbains existants, pour occuper des logements de résidents arabes ayant fui lors de la guerre de 1948 (guerre d’indépendance ou Naqba). Très vite, ces centres urbains sont saturés. L’état met alors en place des camps ou « maabarot ». Ceux-ci sont à la base des villes de développement. Entre 1948 et les années 1960, vingt villes de développement sont établies dans les zones périphériques d’Israël, aux abords des frontières, abritant une majorité d’immigrés juifs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. En plus d’être des solutions au manque de logements, l’état planifie des projets de construction et des projets industriels visant à employer les résidents de ces nouvelles villes[xi]. Dans les années 1970 et 1980, le constat est alarmant : une crise sociale et identitaire secoue les résidents de ces villes qui se sentent trahis par l’establishment, le niveau économique des villes est très bas et les industries en place sont des industries demandant une force ouvrière peu qualifiée, boostées par des subventions de l’état[xii].

Les revendications sociales et politiques des immigrés « orientaux » des villes périphériques et la guerre de 1973 portent un coup au parti travailliste qui laisse la place à la droite israélienne en 1977. Le parti Likud qui remporte les élections est inspirée des approches de Tchatcher et Reagan et souhaite diriger Israël vers une économie de marché et réduire les dépenses publiques. De façon paradoxale, ceux qui ont porté le Likud au parlement sont les premiers à pâtir des nouvelles directions politiques. Les gouvernements locaux des villes périphériques n’ont pas les moyens de prendre en charge des dépenses que l’état ne prend plus en charge, et sans les politiques de stimulation économique de l’état pour les périphéries, les centres urbains situés au centre du pays seuls parviennent à rentrer dans la concurrence mondiale[xiii].

A la même période, l’absorption des immigrés devient secondaire et la responsabilité de leur intégration est déléguée aux immigrés eux-mêmes : en effet, les nouveaux arrivants reçoivent une aide financière de l’état pendant les premiers mois qui suivent leur installation et sont responsables de trouver un logement et un travail. Les politiques d’absorption de l’état deviennent des politiques indirectes. Ainsi, les politiques de logement permettent de soutenir la construction dans les villes périphériques[xiv]. Cependant, les résultats sont très mitigés : s’ils ont permis l’installation de nombreux nouveaux immigrés dans les années 1990, ces derniers se sont rapidement réinstallés dans les bassins d’emploi[xv]. Les logements des périphéries ont plutôt bénéficié à une classe urbaine paupérisée qui ne peut plus vivre au centre du pays.

Entre 1990 et 1995, l’état d’Israël absorbe plus de 700,000 nouveaux arrivants d’ex-URSS[xvi]. La capacité d’absorption des institutions est mise au défi sous le poids de cette vague d’immigrés. Mais l’état d’Israël traverse une crise de légitimité que la nouvelle immigration va permettre d’enrayer[xvii]. Les villages et les villes situés loin du centre du pays souffrent de l’exode. Le gouvernement israélien planche sur des solutions d’absorption rapide, notamment pour le logement[xviii]. La montée au pouvoir du parti de droite Likud et le nouveau vent néolibéral qui souffle sur Israël depuis la fin des années 1970 n’a fait qu’affaiblir les villes périphériques, toujours plus dépendantes des aides et des transferts du gouvernement central. Leurs arguments sont faibles lorsqu’elles s’opposent à l’installation massive d’immigrés[xix]. Dans ce contexte, les villes périphériques sont désignées pour accueillir les nouveaux lotissements : d’abord des caravanes et des baraquements, puis des bâtiments plus solides. Arad n’est pas en reste. En l’espace de quelques années, la population du village double. En 1995, Arad change de statut et devient une ville.

DSCF2787Les maisons construites dans les années 1990, lors de l’arrivée massive d’immigrés. Une partie de ses ‘chalets’ n’a pas été remplacée par des maisons en dur. Photo prise en janvier 2015

Cependant, mes interlocuteurs semblent penser que ce ‘traumatisme’ – c’est ainsi que Yosef décrit l’installation massive d’immigrés juifs de l’ancienne union soviétique à Arad – a permis de renouveler le dynamisme perdu de la ville. D’abord Yosef :

« Cette vague d’immigration a généré une crise importante, mais je pense qu’Arad en est sortie plus forte. Les russes sont venus très motivés. Ils sont venus pour apprendre, pour travailler, pour s’améliorer. Ils ont ouvert un cours du soir en russe pour que leurs enfants excellent à l’école. Ils ont accepté tous les emplois. Alors que notre ‘masse critique’ augmentait, les emplois, l’argent augmentaient. Nous avons obtenu un budget additionnel pour l’éducation par exemple ».

Puis Myriam :

« Réfléchis, nos frères viennent. Ils peuvent venir. Et vraiment, par chance, les gens qui arrivent à Arad ont… un très haut niveau. Tout le monde a des masters, des doctorats. Vraiment. Tout le monde. Je parle des premiers groupes qui viennent. C’était vraiment des gens de qualité. Des grandes villes. Ils ne sont pas venus de bourgades ou de villages, mais de grandes villes, importantes. Tout le monde est venu avec la volonté de s’établir en Israël. Ecoute, c’était l’euphorie totale, et une euphorie qui se transmettait. Toute la ville était mobilisée pour ce truc. Il n’y avait personne qui n’avait pas ouvert sa maison, son cœur, son portefeuille. Au début des années 1990… c’était, c’était… ouah. Il y avait un projet d’accueil de familles, qui était coordonné par Nili Oz, l’épouse du célèbre écrivain Amos Oz. Il y avait 300 familles, d’anciens, qui accueillaient des familles d’immigrés régulièrement. 300. Tu comprends. Dans les années 1990, nous étions 9500 résidents et 300 adoptaient des familles. Ils les invitaient pour Shabbat, ils écrivaient à leur place, ils aidaient à trouver un emploi, ils apprenaient l’hébreu ensemble. C’est un énorme projet. Nous étions un modèle en Israël pour l’absorption d’immigrés. On y venait pour apprendre. Il n’y a pas eu un ministre de l’absorption et de l’immigration qui ne soit pas venu, qui ne nous a pas complimenté. Cette chose était tellement, tellement… C’était de haut niveau et euphorique à la fois ».

Puis Neta :

«  Dans les années 1990, une vague massive d’immigration est arrivée et a formé 54% de la ville. C’était un boom. Ça a complétement détruit le tissu démographique de la ville et la façon de vivre des anciens. Bien qu’à Arad, l’immigration était une immigration ‘facile’. C’était des immigrés de Russie. Pas du Kazakhstan par exemple, qui sont considérés être des immigrés ‘difficiles’. Des bonnes familles. Mais avec une mentalité différente ».

 

Encadré 2 : L’armée, une carrière professionnelle et le choix de la laïcité – réinterprétation, légitimation et pérennité des valeurs des pionniers juifs ?

Le pionniérisme tel conçu par la pensée sioniste avant la création de l’état d’Israël implique le sacrifice de soi pour la construction de la nation. En effet, d’après Aharon Kellerman, dès les premières immigrations de juifs vers la Palestine mandataire, l’activité d’occupation et de création de villages des pionniers génère des « mythes » fondateurs : d’abord des mythes environnementaux et sociaux, où la souffrance physique et le sacrifice à la collectivité permettent la conquête de la nature sauvage et du désert. Alors que l’occupation s’intensifie, les mythes deviennent de plus en plus liés à la sécurité des communautés juives. A partir de la création d’Israël, l’occupation aux frontières devient fondamentale : la figure du pionner résistant et défenseur, et la figure du pionner agriculteur et occupant l’espace se réconcilient[xx]. Le pionniérisme et le volontarisme occupent alors une place prépondérante « où chacun est constamment invité à participer, à faire intimement partie de la collectivité (…) »[xxi].

Depuis les années 1980, Kellerman annonce une démythologisation de l’occupation du territoire, alors que le pionniérisme disparaît, que l’individualisme l’emporte sur le collectivisme et que la population s’installe dans des centres urbains sans personnalité.

Pourtant, il semble que les valeurs de pionniérisme et de volontarisme sont pérennes, et ont été plutôt transformées par le néo-libéralisme. En effet, ces valeurs ne sont-elles pas proches de celles prônées par le projet social européen, décrit par Yasemin Soysal où la cohésion sociale est garantie par une citoyenneté active, productive et participante[xxii] ? Ainsi, le service militaire obligatoire reproduit le sacrifice à la patrie tel envisagé par la république[xxiii]. Il est un instrument majeur de socialisation : lors de mes entretiens, les immigrés arrivés jeunes en Israël et qui ont effectué leur service militaire me le rappellent et soulignent l’impossibilité de les exclure de la société israélienne, sur la base de leur participation à l’armée. La centralité de l’armée se traduit par une frustration et une mobilisation des israéliens non pratiquants autour des questions d’exemption de service dont jouissent les juifs orthodoxes d’un côté, et les palestiniens d’Israël de l’autre, notamment lors de manifestations importantes en 2012.

Quant aux valeurs d’individualisme et d’autonomie financière, elles sont centrales aujourd’hui. Cependant, elles sont liées à la participation de chaque individu à l’économie nationale. Le succès de l’étiquette « start-up nation » pour parler d’Israël en témoigne. Et encore une fois, la faible participation des juifs orthodoxes au marché du travail est fortement stigmatisée. Les israéliens non pratiquants se sentent doublement frustrés – en protégeant le pays lors des conflits armés pendant plusieurs années de leur vie – puis en travaillant et en payant des impôts dont le système de redistribution profite à des citoyens qui n’ont pas servi l’armée.

Tous mes interlocuteurs semblent définitivement ignorer les immigrés non-russophones de la ville. A part le programme Rudgers – appartenant maintenant au passé – qui avait alors attiré des étudiants américains, je n’entends pas beaucoup parler des éthiopiens installés à Arad ou des Black Hebrews[xxiv]. De la même manière, lorsque j’aborde le sujet de la proximité avec les villages bédouins alentours, la question est éludée par un « tout va bien. Arad est un centre de services depuis tout le temps pour les bédouins ». Une population inquiète plus : Arad accueille depuis plusieurs décennies la communauté hassidique Gur. Cependant, ces dernières années, leur chiffre augmente et ils formeraient un cinquième de la population locale[xxv].

En 1991, une nouvelle arrivante est sans doute passée inaperçue pour Myriam : Tali vient de Moldavie, de Beltz[xxvi]. J’ai déjà lu son histoire à plusieurs reprises[xxvii], et je continuerai de lire ces mêmes phrases dans les journaux à l’automne 2014, alors qu’Arad traverse une nouvelle crise de l’emploi[xxviii]. Tali me raconte donc son histoire que je connais déjà, sans doute mainte fois polie et embellie :

« Lorsque nous sommes arrivés en 1991. Je veux te dire que nous sommes arrivés avec deux valises, deux enfants… Mmh. Donc, mes deux enfants, deux valises, et dix dollars en poche. C’est tout. Je veux dire, nous sommes arrivés et nous savions que nous recommencions à zéro. C’est pourquoi, aujourd’hui, lorsque quelqu’un me demande mon CV, je commence par cette phrase « je suis arrivée en Israël en 1991 ». Je veux dire, tout ce qu’il y a eu avant, ça s’est passé, mais ça n’influence pas ce que je fais aujourd’hui. Tout a changé. Tout (…). Je me souviens du jour où on m’a proposé un poste de femme de chambre dans un hôtel de la Mer Morte. J’étais la plus heureuse du monde. J’ai pris le boulot. Bien que, tu comprends, bien que j’avais un diplôme de psy et que je savais faire beaucoup d’autres choses. Mais… je n’ai pas pensé à ça. D’abord, je devais m’occuper de ma famille, de mes enfants. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler là-bas. Ce que je ne t’ai pas dit, et c’est très important, c’est que j’ai étudié l’hébreu avant de venir. Et je parlais la langue… Disons que je ne parlais pas très bien, mais je parlais. Et je comprenais tout ce qu’on me disait. Quand j’ai commencé à travailler à l’hôtel, il y avait deux clans : les immigrées, les femmes de chambre. Elles ne parlaient pas hébreu. Et le groupe des managers qui ne parlaient qu’hébreu (…). Alors après trois jours, j’ai été promue et je suis devenue chef d’équipe. Mes parents étaient encore en Moldavie. Je leur ai écris une lettre. J’ai écris : Abale[xxix], quand tu arriveras, à ce rythme, je serai déjà premier Ministre ».

A cette époque, Tali ne connaît pas le bâtiment ocre de la mairie – un ancien hôtel reconverti en bureau. Elle m’assure qu’elle n’a mis les pieds à la mairie qu’alors qu’elle était déjà candidate au poste d’adjoint au maire. Elle sait cependant que le maire de l’époque, Betzalel Tabib, fournit beaucoup d’efforts pour faire venir ces nouveaux immigrés vers sa ville. Il voyage en Russie pour faire venir des juifs de Russie à Arad. Yosef me raconte qu’il avait même listé les héros russes juifs de la seconde guerre mondiale et en a fait venir plusieurs centaines à Arad. Aujourd’hui, quelques dizaines sont toujours en vie, et il me montre avec fierté les photos des cérémonies du 9 mai. Mais en 2003, Mordechai ‘Moty’ Brill, nouvellement élu maire d’Arad, retire Arad des différents programmes d’encouragement à l’immigration. Myriam travaille déjà depuis plusieurs années à la mairie. La décision du maire la peine. Elle arrête de voyager et range ses prospectus. Des immigrés continuent de venir s’installer à Arad, mais ils viennent parce qu’ils ont des proches qui y sont installés. L’engouement est tombé. Le dynamisme de la ville aussi. Arad fait à nouveau face à ses anciens fantômes : l’exode des jeunes vers le centre du pays, les difficultés économiques et la dépendance financière de la ville envers le gouvernement central.

Encadré 3: La néo-libéralisation et ses effets sur la périphérie israélienne

Le géographe Jamie Peck nous rappelle quels sont les aspects majeurs de l’orthodoxie néo-libérale : une économie de marché, la baisse des dépenses publiques, la célébration des valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, et la baisse des transferts sociaux remplacés par l’incitation aux populations marginalisées à s’intégrer sur le marché du travail[xxx].

Ces valeurs ont été intégrées par le système politique israélien, avec quelques nuances. S’il est vrai que les années 1970 ont sonné le glas des subventions aux industries de la périphérie, une répartition nouvelle des zones d’imposition a permis d’établir des parcs industriels importants dans les villes périphériques – mais plutôt dans des villes semi-périphériques, ayant des communications rapides vers le centre (voies rapides et voies ferroviaires)[xxxi]. Les dépenses publiques israéliennes ont effectivement baissé, mais c’est surtout l’éducation qui en pâti, les dépenses sociales augmentant légèrement : un effet « pansement » qui ne résout pas les problèmes sociaux de fond[xxxii]. Pour les valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, voir encadré 2.

Cependant, les villes périphériques ont une lecture duale de ces changements. D’un côté, un discours d’autonomie se met en place, où les gouvernements locaux se professionnalisent et demandent à l’état de céder les outils nécessaires à leur développement : ainsi, de nombreuses villes sont en train d’obtenir des terrains supplémentaires et des dédommagements des gouvernements ruraux qui les entourent[xxxiii]. Ces demandes sont basées sur le désir de développer les terrains pour des nouvelles résidences et pour des activités économiques. D’un autre côté, alors que les usines ferment et les périphéries ne parviennent pas à stimuler l’emploi via la création de petites entreprises et le développement du secteur tertiaire, les politiciens locaux en appellent à la responsabilité du gouvernement. Par exemple, lors d’une grève le 24 février 2015, le maire de Beer Sheva déclare à la presse que le gouvernement n’intervient que pour des questions de sécurité (interventions militaires) mais pas pour remédier à la crise de l’emploi au sud du pays[xxxiv].

C’est pourquoi, aujourd’hui, Myriam est heureuse de pouvoir m’envoyer la nouvelle plaquette en hébreu et en russe. Depuis cette année, Arad a réintroduit l’encouragement à l’immigration dans son budget ! Et Myriam a préparé la plaquette pour que le maire d’Arad, Tali, ait bien tous les chiffres en main.

En effet, voilà cinq ans déjà que Tali est devenue maire d’Arad. Tali est la première immigrée de la vague des années 1990 à s’être fait élire maire. Elle a été ‘adoptée’ par le parti russophone Israel Beitenu. Arad compte une des plus importantes proportions d’immigrés des années 1990 – 40% de sa population – : ces derniers ont donc un poids électoral important. Tali me raconte :

« Je me souviens d’une phrase que les nouveaux immigrés me disaient, lorsque je leur parlais. Ils me disaient :

– Ils ne te laisseront pas devenir maire.

– Je leur disais : qui sont-ils ?

– Ils me répondaient : les israéliens !

– Je leur ai dit : les gars, nous ne sommes plus en Russie où quelqu’un décide de qui est élu. Ici, vous choisissez, ici, vous votez, et personne d’autre ».

Depuis, Tali se bat sur plusieurs fronts. D’abord, la situation économique fortement dégradée d’Arad. Les derniers mois encore, les usines Arad Towels, Baum et Kil ont massivement licencié. La ville cherche des solutions pour renouer avec l’emploi. L’été dernier, j’écoutais sans trop d’enthousiasme les plans de consultants extérieurs à Arad – des consultants installés à Tel Aviv – sur le futur ‘branding’ de la ville : « Arad, l’expérience du défi ». L’idée est de dynamiser le secteur touristique, et surtout le tourisme d’aventure. Cependant, ces derniers mois, l’idée semble gagner en substance. Une nouvelle association pour le développement du tourisme à Arad a été créée, des ateliers de soutien à des potentiels agents touristiques ont été organisé, et même l’hôtel Massada[xxxv], converti en centre d’absorption pour les immigrés éthiopiens puis laissé à l’abandon, a finalement été racheté. Il est trop tôt pour savoir si Arad deviendra une destination touristique, et qui profitera de ce nouveau secteur. Surtout que la réputation du bon air d’Arad pourrait se voir entacher par l’installation de l’usine de phosphates Kil aux portes de la ville.

Ensuite, Tali se bat pour augmenter les revenus de la municipalité. Des impôts municipaux du conseil régional de Tamar, aux impôts de la base aérienne militaire de Nevatim, et au budget lié au déplacement des centres de formation de l’armée vers le désert du Néguev, Tali a déjà gagné plusieurs batailles. Des batailles qui se chiffrent à plus de 2,2 millions d’Euros annuellement[xxxvi]. Va-t-elle pouvoir gagner la guerre et renouer avec le passé glorieux de la ‘perle du désert’ ?

Enfin, la mairie renouvelle ses efforts pour le développement démographique. Bien que la ville n’enregistre plus de migration négative, ce serait seulement du à la forte natalité des Gurs. Ainsi, les efforts de mes interlocuteurs et de Tali – qui assure vouloir faire venir 10,000 nouveaux immigrés -, vont-ils être suffisants pour enrayer l’émigration ? Neta me dit cette phrase qui me paraît insurmontable : « aujourd’hui, l’échec, c’est de ne pas avoir réussi à quitter Arad ». Comment le département d’absorption et d’immigration, l’unité de ‘développement démographique’[xxxvii] et le centre de la jeunesse[xxxviii] vont pouvoir détruire cette image et montrer que rester n’est pas un échec ?

La semaine dernière, Tali a annoncé qu’elle se présentait aux élections nationales qui auront lieu en mars 2015, sous la liste Kulanu, abandonnant ses mentors du parti Israel Beitenu[xxxix]. Si elle est élue au parlement, aura-t-elle plus de moyens d’influer sur le sort d’Arad ?


[i] Extrait de l’entretien avec Myriam, Arad, 10 août 2014.

[ii] Entretien avec Yosef, Arad, 26 mai 2014.

[iii] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[iv] Entretien avec Neta, Arad, 14 janvier 2014.

[v] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[vi] Voir https://www.knesset.gov.il/docs/eng/megilat_eng.htm

[vii] Voir https://www.knesset.gov.il/laws/special/eng/return.htm

[viii] Voir

http://www.israellawresourcecenter.org/israellaws/fulltext/nationalitylaw.htm

[ix] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[x] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xi] Voir Orni, E and Efrat, E (1973). Geography of Israel.

[xii] Voir Achouch, Y and Morvan, Y (2013). Les utopies sionistes, des idéaux piégés par une histoire tourmentée : kiboutz et villes de développement en Israël. Utopies et Justice Spatial.

[xiii] Voir par exemple Razin, E (2003). Local Government Reform In Israel : Between Centralisation And Decentralisation, Between Traditionalism And Modernity.

[xiv] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xv] Voir Portnov, B (1998). The effect of housing on migrations in Israel: 1988–1994. Journal of Population Economics.

[xvi] Voir CBS (2011) Statistical Abstract of Israel 2010.

[xvii] Voir Lustick, I (1999) Israel as a non-Arab state: the political implications of mass immigration of non-Jews.

[xviii] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xix] Voir Auerbach, G (2011) Local autonomy in action: Mobile homes for immigrants in Israel.

[xx] Voir Kellerman, A (1996). Settlement myths and Settlement Activity : Interrelationships in the Zionist Land of Israel. Transactions of the Institute of British Geographers.

[xxi] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[xxii] Voir Soysal, Y. N. (2012). Citizenship, immigration, and the European social project: rights and obligations of individuality. The British Journal of Sociology.

[xxiii] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[xxiv] Communauté noire des Etats-Unis établit à Dimona mais aussi à Arad. Je n’ai appris qu’ils résidaient à Arad qu’en lisant un article du journal local ‘Aradnik’ publié le 28 janvier 2015 : http://www.aradnik.co.il/2392-article.html

[xxv] La commission nationale de planification est en train d’étudier un projet de construction d’une ville ultra-orthodoxe à quelques kilomètres d’Arad. Voir par exemple http://www.aradnik.co.il/2383-article.html

[xxvi] Entretien avec Tali, maire d’Arad, 10 août 2014

[xxvii] Voir http://njjewishnews.com/article/7034/arad-mayor-sees-the-fruits-of-local-partnership#.VHIGQIdbyCQ ou encore http://www.jpost.com/Jerusalem-Report/Arad-isnt-throwing-in-the-towel-381468

[xxviii] Arad towels ferme et licencie 200 personnes, dont l’époux de Tali. Voir une série d’articles publiés en octobre 2014 dans les journaux nationaux Haaretz, the Marker, Jerusalem Post, mais aussi le journal local Aradnik

[xxix] Surnom affectif pour ‘papa’

[xxx] Extrait de Varsanyi, M (2008). Rescaling the « Alien, » Rescaling Personhood: Neoliberalism, Immigration, and the State. Annals of the Association of American Geographers.

[xxxi] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xxxii] Conférence de Kimchi, Y, professeur d’économie à l’Université Hébraïque de Jérusalem, 6 Février 2015, Tel Aviv.

[xxxiii] Voir articles publiés dans les journaux israéliens en septembre 2014 autour des frontières municipales, de la redistribution des taxes, et des inégalités de transferts entre les périphéries et les colonies.

[xxxiv] Voir http://www.haaretz.co.il/news/local/1.2573286

[xxxv] Voir http://www.aradnik.co.il/2393-article.html

[xxxvi] Voir http://www.aradnik.co.il/2385-article.html

[xxxvii] La compagnie municipale – l’entité économique de la mairie – possède une unité de développement démographique

[xxxviii] Le centre de la jeunesse d’Arad est principalement financé par l’autorité pour le développement du Néguev

[xxxix] Voir édition week-end de The Marker, 30 janvier 2015


Une réflexion sur « Une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *