Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

Tanger est une ville côtière et portuaire située au nord du Maroc. Point de jonction incontournable entre le Maroc et l’Espagne, Tanger est depuis des années un lieu par lequel transitent des marchandises par bateau, circulent des touristes, mais aussi des migrants de tous âges et horizons confondus. Pendant un mois, c’est en binôme que les investigations aux côtés des jeunes candidats à l’émigration ont été menées dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée autorisant dès lors une lecture des évolutions de la dynamique migratoire à la lumière des changements de l’infrastructure portuaire.

Tanger : point de passage des migrations marocaines et africaines vers l’Europe

L’Espagne et le Maroc sont séparés par le détroit de Gibraltar qui s’étend sur une trentaine de kilomètres. Du fait de la faible distance la séparant de l’Europe, la ville côtière de Tanger jouit d’une situation privilégiée qui fait d’elle un point de passage clé pour les candidats à l’émigration (clandestine ou régulière). Ancré dans l’histoire marocaine, le port de Tanger s’est construit comme un lieu d’échanges et de passages emblématique. Depuis sa fondation sous l’occupation anglaise en 1662 et au fil de l’histoire marocaine, ce port a connu de nombreuses mutations qui participent pleinement de la dynamique tangéroise.

Le voisin européen : vue des côtes espagnoles depuis la nouvelle annexe portuaire de Tanger ©Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

 Tanger : quels changements animent cet espace ?

Depuis les cinq dernières années, les infrastructures de l’espace portuaire tangérois évoluent profondément. Le port de Tanger-ville connait actuellement un projet de reconversion visant à en faire une zone de plaisance principalement destinée à l’activité de pêche ainsi qu’au transit des voyageurs en provenance (ou à destination) de l’Espagne. L’envoi et la réception des marchandises ne se réalisant plus depuis le port de Tanger-ville, l’enceinte de ce dernier s’est vue être vidée du flot de camions qui y transitaient habituellement au profit du port de Tanger-Méditerranée.

Port de Tanger-ville © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

 Dans l’objectif de se saisir de cette position stratégique aux portes du détroit de Gibraltar, les autorités marocaines ont amorcé la construction d’un nouveau port en eau profonde : Tanger-Méditerranée. Il est situé à une quarantaine kilomètres à l’Est du port de Tanger-ville et a été construit pour un montant de douze milliards de Dirhams (environ un milliard d’euros), sa mise en marche effective a eu lieu en juillet 2007. La prévision d’une saturation du port à l’horizon 2015 a entraîné la mise en chantier de l’annexe portuaire Tanger-Méditerranée II. Ces projets portuaires sont de véritables paris pour le Royaume du Maroc qui aspire ainsi se placer en leader des échanges mondiaux.

Tanger-Med : zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

La sécurité : maître mot d’un projet de grande envergure

La volonté de se doter d’infrastructures portuaires performantes et modernes s’est accompagnée du déploiement d’une série de moyens de sécurité. Les caméras (classiques, infrarouges, optiques), les radars, les détecteurs de battements de cœur, les clôtures ou encore le système de points de contrôle d’accès piétons automatiques sont autant d’éléments qui renseignent sur l’objectif des autorités de stopper l’émigration clandestine depuis les ports de la côte tangéroise.

Les ambitions du Maroc en termes de leadership de l’industrie portuaire sont donc à mettre en perspective avec la volonté de limiter et de contrôler les départs clandestins des migrants marocains ou africains. En effet, l’une des stratégies de passage du détroit utilisée par une partie des candidats à l’émigration consiste à se glisser sous un camion ou à se cacher dans les conteneurs en partance pour l’Europe. L’arrêt des départs de camions depuis le port de Tanger-ville n’a pas été suivi d’une interruption instantanée des tentatives de passage. Si la sécurisation de ces deux ports réduit de fait les opportunités de passages, il n’en reste pas moins vrai qu’à l’heure actuelle des départs s’effectuent au sein de ces deux ports. La position géographique de Tanger ne permet donc pas au Maroc, même par le biais de nouvelles infrastructures et l’installation de systèmes de sécurité performants, de s’affranchir de la question de l’émigration clandestine.

Des caméras de surveillance installées autour la zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

Les évolutions de la dynamique migratoire

L’histoire marocaine a été marquée par plusieurs périodes d’émigration vers l’Europe : la première, allant des années 60 à 70 et majoritairement masculine, a consisté à répondre aux besoins européens en main-d’œuvre; la deuxième, sur la décennie suivante, aura été principalement liée à l’arrêt de l’immigration en France (1974) et au développement du regroupement familial ; enfin, les années 80 à 85 ont connu l’émergence d’une émigration féminine, constituée de femmes célibataires ou avec des enfants. Depuis, le Maroc connait une nouvelle phase d’émigration dont les protagonistes sont des enfants et adolescents appelés également harragas (brûleurs). Aucun chiffre ne permet d’estimer précisément le nombre de ces jeunes sur le sol marocain.

Le Maroc a voté en novembre 2003 un ensemble de mesures dont une inscrivant la tentative d’émigration clandestine comme délit. Aussi, peu importe l’âge du « délinquant » repéré, l’amende peut s’élever de 3 000 à 10 000 Dirhams (entre 300 et 1 000 euros) et aller jusqu’à six mois d’emprisonnement.

Tanger-ville : deux jeunes marocains regardant l’embarquement des voyageurs à destination de Tarifa © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

Les harragas sont un des visages de ces candidats à l’émigration clandestine. Ces jeunes âgés de moins de 18 ans, qui brûlent leurs papiers d’identité avant d’embarquer à bord d’un bateau en se glissant sous un camion ou dans un conteneur, sont toujours présents dans les enceintes portuaires tangéroises. La diminution des opportunités de passage liée aux évolutions mentionnées rend les tentatives de hrag (brûler le détroit ou passer clandestinement) de plus en plus risquées et les chances d’arriver à bon port de plus en plus restreintes. Si la vie de ces enfants et adolescents est réellement mise en danger par le caractère périlleux du passage, il faut aussi rappeler que le temps d’attente avant de réussir une tentative s’allonge considérablement menant une partie de ces jeunes à errer dans les rues de Tanger avant un possible départ.

Les mutations relevées dans cet espace frontière tangérois marquent l’entrée du Maroc dans une ère caractérisée par un accroissement des échanges. Si le Maroc réalise un réel pari sur l’avenir, il semble en avoir oublié une de ses composantes principales : la jeunesse marocaine qui, pour une partie d’entre elle et au péril de sa vie, tente de rejoindre l’Europe.

——————————————————————–

Pour en savoir plus :

Przybyl, Sarah (2013) Tanger, migrations et mutations d’une ville portuaire, microscoop le magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes, n°68, pp.18-19.

http://www.centre-poitou-charentes.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS68.pdf#PAGE=10

Les photographies sont de l’auteur.

Elles sont extraites de la photothèque de Migrinter. Pour y accéder, cliquez ci-dessous.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/MIGRINTER-PHOTO/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *